Ramasser le temps © Suzanne Valotaire, Ça, projet « tableau vivant », 2010 et archives de l’artiste. Crédit photo: Auteur incconu et Suzanne Valotaire

Ramasser le temps

Une exposition de Suzanne Valotaire, du 7 septembre au 14 octobre 2017
Soirée performance, le 14 octobre 2017 dès 17h30

Soirée de performance:
Le Centre d’artistes Caravansérail invite le public à rencontrer l’artiste Suzanne Valotaire lors d’une soirée performance à la Salle rouge de la Coopérative Paradis qui se tiendra le 14 octobre à 17 h 30. L’évènement est en continuité avec l’exposition Ramasser le temps, qui a débuté le 7 septembre dernier.

Entre le travail réalisé en atelier cet été et la démarche entourant l’exposition d’archives personnelles accumulées sur trente années de carrière, Suzanne Valotaire clôt l’exposition Ramasser le temps avec la création d’une nouvelle performance. Elle sera accompagnée d’artistes collaborateurs locaux pour l’occasion.

Veuillez noter qu’il sera possible de visiter l’exposition au Centre d’artistes Caravansérail le samedi après-midi dès 13 h.


À propos de l'exposition:
L’exposition Ramasser le temps rassemble, à la manière d’une genèse, archives, notes, artéfacts, textes, dessins, documents photographiques et vidéographiques accumulés sur les trente dernières années de travail en performance de Suzanne Valotaire. Ainsi, elle prend la posture à la fois d’artiste et de commissaire de son propre travail. Cette démarche singulière entreprise permettra de poser les bases de la réflexion d’un nouveau cycle de performances sur le thème du temps.


Profondément acadienne dans l’âme, Suzanne Valotaire est une personne entière, intense, souvent rebelle et plutôt sauvage. Elle ne passe pas inaperçue. Ces qualités s’expriment parfois dans l’exubérance, l’incongruité et l’absurde qui caractérisent certaines de ses créations in situ dont La loi (2016), Battements d’âmes (2006), Chambre à air ou de nature perforée (2005) et French Kiss (2003). Néanmoins, une autre Suzanne se révèle aussi dans sa pratique de la performance. Celle-ci nous donne un accès privilégié à la personne derrière la persona. La personne et non un personnage; celle dans toute sa complexité et sa profondeur avec ses défenses et ses modes d’intériorisation.

Profondément ancrée dans sa réalité, sa création est aussi une manière de s’en extraire. Elle fait de cette réalité une matière dont elle dessine les contours et sculpte les formes pour finalement la remettre en action lors de performances. Ainsi, de 1982 à 1998, des cycles s’imposent. L’exploration de son corps dans l’espace par le biais de la danse, son implication dans le mouvement des femmes, son passage au Théâtre expérimental des femmes à Montréal et un schisme intérieur vécu à cette époque s’expriment dans Le Cantique des Créatures (1982-1984) et Dragone Rouge (1985-1991). Son éloignement de l’Acadie et sa quête identitaire sont au centre d’Innocente ton désespoir me tue! (1991-1995). Le cycle d’Escaliez-vous (1992-1998) aborde quant à lui les profondeurs de l’inconscient, ses nœuds et les fuites qui en découlent. Outre ces cycles de création, quelques électrons libres, non moins intimes, émergent : La light (2005), Le chant du chien/Hommage à l’ami mort et Monter au Nord (2004) et La trilogie des autres (2001-2002) qui s’avance vers un nouveau territoire. Tout en impliquant le Moi, celui-ci est dorénavant en lien avec l’autre.

Son travail se construit dans une perpétuelle mouvance entre passé et présent, lectures et collecte d’objets, écriture, explorations plastiques et rencontres. Sa démarche se déploie en continu dans un mouvement de spirale. Avec l’exposition Ramasser le temps, Suzanne revisite et réinterprète le corpus de son œuvre. Celui-ci devient cette nouvelle matière qui donnera lieu à la performance qui clôturera l’exposition. Ce procédé diverge de sa manière de faire habituelle. Ce ne sont plus les évènements de la vie qui deviennent matière mais plutôt les créations qu’ils lui ont inspirées. Quelle merveilleuse mise en abîme. Le début d’un nouveau cycle peut-être?


Un texte de BRIGITTE LACASSE
Artiste multidisciplinaire

 

BIOGRAPHIE

Originaire de Dalhousie au Nouveau-Brunswick, Suzanne Valotaire est active dans le milieu des arts visuels depuis les années quatre-vingt. Ses performances ont été présentées dans plusieurs centres d’artistes québécois, notamment à Vaste et Vague, Est-Nord-Est et La Centrale. Notons également sa participation à plusieurs évènements performatifs au Bas-Saint-Laurent et ailleurs au Canada. En 2017, Suzanne Valotaire participera à Tombées dans les interstices : Un regard actuel sur l’apport de quelques femmes artistes à l’Acadie contemporaine une exposition collective réunissant plusieurs artistes femmes acadiennes à la Galerie Louise-et-Reuben-Cohen de l’Université de Moncton. Très engagée dans le milieu culturel bas-laurentien, Suzanne Valotaire a été enseignante au département d’arts plastiques du Cégep de Rimouski, a été accompagnatrice et œil extérieur pour plusieurs artistes.


© Suzanne Valotaire, archives de l’artiste. Crédit photo: Suzanne Valotaire