Caravansérail — Centre d'artistes

C-top Created with Sketch. C-bottom Created with Sketch.
Logo-simple

ce qui prend forme

30.05.2024 — 14.06.2024

A Created with Sketch.

Une exposition de

les artistes de La petite caravane

L'exposition est présentée à la Galerie d'art Léonard-Parent de la Ville de Rimouski au 186, avenue de la Cathédrale, Rimouski.
Consultez le site de la galerie pour planifier votre visite!


L'exposition ce qui prend forme rassemble une sélection d’œuvres et d’expérimentations réalisées par les enfants participant aux ateliers de La petite caravane, un projet d'initiation au langage plastique et d'introduction à l'art actuel du Centre d’artistes Caravansérail (Rimouski). Pour célébrer une quatrième édition de ce programme, Caravansérail s’associe à la Galerie d’art Léonard-Parent pour présenter l’exposition de fin d’année et dévoiler la créativité débordante des jeunes enfants.

S'adressant aux enfants de 4 à 8 ans, La petite caravane cultive la curiosité, l'audace et l'ouverture des petit·e·s en priorisant des expériences enrichissantes basées sur des thématiques explorées en art actuel. Le programme les amène également à côtoyer des œuvres en centre d'artistes. 

Coordination et animation : Ezeckiel Saulnier-Meloche

Partenaires: École de l'Aquarelle, Maison des familles Rimouski-Neigette

 

 BLOC 1 

ME VOIR • TE VOIR
Le portrait et l’autoportrait

Pour entamer la série d’ateliers de La petite caravane, nous avons d’abord réfléchi à l’identité et à la part d'invisible en chacun·e d’entre nous. Par l’initiation au portrait et à l’autoportrait, les groupes ont été invités à s’intéresser à leur image physique, certes, mais aussi à faire apparaître la part d'intangible en elles·eux par le biais de symboles ou d’images. À travers des discussions et des exercices d’exploration, nous nous sommes ainsi penché·e·s sur les éléments qui font de chacun·e d’entre nous les personnes que nous sommes et sur ce qui nous différencie les un·e·s des autres. 

Dans le cadre de ces ateliers, nous avons abordé le travail des artistes Marven Clerveau et Élise Provencher

 

 BLOC 2 

REGARDER AUTOUR
Le chez soi et les objets du quotidien

À travers cette thématique, nous entamons une discussion autour du thème de la demeure. Qu’est-ce qu’une maison? Est-ce que toutes les maisons sont identiques? Est-ce que tout le monde a une maison? Par le biais de ces ateliers, les groupes ont aussi exprimé l’impact de la migration et du déménagement sur l'identité. Se questionner sur le chez soi nous a aussi amené à réfléchir au sentiment de sécurité et au consentement. 

Dans le cadre de ces ateliers, nous avons abordé le travail des artistes Anahi Arciniega et Marie Gilbert.

 

 BLOC 3

APPRÉCIER LA VUE 
Le paysage et la relation à la nature 

Qu’est-ce que la nature? De quoi est-elle faite? Comment pouvons-nous en prendre soin? Cette série d’ateliers nous a amené à nous intéresser au caractère éphémère et cyclique de la nature, à sa puissance, aux saisons. Elle nous a permis d’explorer notre rapport personnel et collectif à la nature, en plus de s’introduire à l’installation artistique et aux pigments naturels.

Dans le cadre de ces ateliers, nous avons abordé le travail des artistes Maude Arès et Andrée Bélanger.

 

 BLOC 4

VOIR LES RÊVES 
La fiction et l’imaginaire

Cette série d’ateliers s’intéresse à l’univers de l’imaginaire et de l’inconscient. Que sont les rêves? À quoi servent-ils? Nos rencontres sont l’occasion de discuter de nos songes et de nos cauchemars, de ce qui habite nos esprits — des choses les plus banales aux plus étranges. À travers ce segment, nous explorons la réalité augmentée, l’exagération et l’imagination, tout en nous introduisant à la démarche artistique et à l'utilisation des symboles en art. 

Dans le cadre de ces ateliers, nous avons abordé le travail des artistes Jiwan Larouche et Alissa Bilodeau.

 

PROJET INVITÉ
CPE L’Enfant du Fleuve

En parallèle des ateliers de La petite caravane, les groupes de 4 et 5 ans du CPE L’Enfant du Fleuve ont aussi bénéficié d’ateliers en médiation, en collaboration avec la Galerie d’art Léonard-Parent. Au fil de l’année, ceux-ci sont amenés à visiter la quasi-totalité de la programmation des expositions de la galerie et à réaliser des projets en lien avec les thématiques et pratiques découvertes lors de ces sorties.

Biographie

Artiste interdisciplinaire et médiateur·ice culturel, Ezeckiel (il/elle) se passionne pour le monde de l’enfance, pour la créativité et pour l’éducation alternative. Il valorise particulièrement le savoir expérientiel et s’engage à offrir des ateliers basés sur une approche inclusive et accessible. Ezeckiel croit profondément au potentiel transformateur de l’art et ne manque pas une occasion de développer le sens critique de ses groupes en s’intéressant à leurs visions et en les questionnant sur leurs préconceptions. Ezeckiel considère la relation comme une création en soi. Ses pratiques artistiques servent à donner vie à l'intangible et à développer les sensibilités. Elle s'intéresse particulièrement aux thèmes du deuil, de la maison et de la mémoire. En plus de son rôle à Caravansérail, vous pouvez la trouver à la Galerie d’art Léonard-Parent où elle occupe un poste en médiation culturelle, ainsi qu’à l’UQAR, où elle suit présentement un certificat en création artistique.

 

Artiste visuel afro contemporain, Marven Clerveau (il) a développé un style et une démarche bien à lui. À l’intersection entre le réalisme, l’expressionnisme et le surréalisme, Marven parvient à aborder les thèmes de la différence et de l’émancipation d’une façon toute particulière. L’art de Marven parvient à exprimer le droit d’appartenance et à offrir un espace aux corps et aux voix atypiques et à leurs désir d’exister.

Site web / Instagram

 

Le travail d’Élise Provencher (elle) nous permet de réfléchir et d’explorer la part d’étrange en nous. Artiste en arts visuels, Élise Provencher parvient à créer des pièces qui unissent brillamment la forme et l’informe, le connu et l’inconnu, le familier et l’étrange. À travers sa pratique, elle tente de déclencher l’introspection et de nous faire réfléchir sur nos enjeux personnels et collectifs.  

Site web

 

Anahi Arciniega (elle) est une artiste canado-mexicaine établie à Montréal. Née à Torréon (Coahuila), elle déménage à Montréal à l’âge de douze ans avec sa mère et sa sœur. Elle est tombée amoureuse de la ville après plusieurs années éprouvantes et l’adaptation à sa nouvelle vie. Dès son plus jeune âge, elle s’est découvert un amour et une passion pour les arts visuels, et suivant son déménagement à Montréal, elle ressent une forte affiliation culturelle qui est exacerbée par la distance. C’est pourquoi elle a décidé d’utiliser l’art afin d’illustrer ses expériences et ses sentiments liés à sa vie qui est entre deux cultures. En 2020, elle a gradué de l’Université Concordia en Arts visuels. Depuis, elle a participé à quelques expositions collectives dont celle des étudiant.e.s de premier cycle (USE) présentée à la galerie Fofa . En septembre 2022 elle a participé à la 5e édition de ARTCH.

 

Artiste multidisciplinaire, Andrée Bélanger (elle) a suivi une brève formation en arts visuels à Dawson City (Yukon), avant de poursuivre sa pratique de manière essentiellement autodidacte. Elle a présenté une variété de projets individuels et collectifs en dessin, écriture, peinture, installation, vidéo, photo, sculpture et performance au Québec, dans le Grand Nord canadien et en Europe. Elle vit et travaille maintenant dans une cabane-atelier en forêt au Témiscouata, Bas-Saint-Laurent. Elle a reçu plusieurs bourses pour des projets en lien avec le territoire et l'élaboration d'un médium de création écologique. Récemment séduite par le médium livre d'artiste, elle déploie désormais sa vision pluridisciplinaire dans cet objet unique en trois dimensions où convergent textes et images. Par sa recherche artistique, Andrée se questionne quant à la notion de réalité, et elle étudie les aspects physiques et métaphysiques de l’être humain de même que la relation entre les deux.

 

Maude Arès (elle) est artiste interdisciplinaire. Se déployant en installation, en sculpture, en performance, en scénographie et en dessin, sa pratique artistique investigue les relations sensibles entre des matériaux trouvés. Par l’agencement de ces derniers, son travail met en scène des environnements vulnérables qui invite à porter attention aux subtilités des mondes tangibles. Maude décline ses réflexions sur la performance des matériaux et des gestes qui les animent, dans des projets qui entremêlent arts visuels et arts vivants. Par l’attention portée à la charge et aux activités des matériaux, elle observe les relations d’interdépendances visibles et invisibles liant êtres humains et non-humains.

Instagram

 

Originaire de Lévis, Jiwan Larouche (iel, accords neutre et masculin) vit et travaille dans la ville de Québec. Titulaire d’un baccalauréat en traduction, iel s’est plutôt réorienté·e vers un parcours créatif à partir de 2016. Issu·e du milieu de la marionnette et du théâtre, sa pratique se caractérise souvent par des créations hybrides, où se rencontrent le monde animal, le monde végétal et le corps humain. Ses recherches portent sur la diversité de corps et la fluidité de l’identité, mais aussi sur la relation entre l’humain et la nature. Le travail de Jiwan a souvent comme point de départ des moulages de corps humains en plâtre, sur lesquels se greffent progressivement des structures de différentes natures, recouvertes de broderies et d’ornements qui peuvent évoquer un univers théâtral. Iel présente actuellement son exposition solo Les corps paysages du 6 avril au 19 mai à la maison Pierre-Chartrand, à Montréal.

Site web / Instagram

Mettre en valeur le travail des artistes de la relève

Ça nous tient à coeur.

Notre centre d’artistes s’applique à offrir à la communauté des expositions de qualité et des activités gratuites qui font rayonner l’art actuel et les pratiques émergentes. En savoir plus sur notre mandat et nos activités, ICI.

E Created with Sketch.